De l’importance d’une bonne pancarte dans une manif’…

Dévions aujourd’hui légèrement des trucs que j’accroche sur mes murs pour parler d’une sympathique initiative où se mêle féminisme, activisme et une petite dose de pop culture parce que quand même c’est important quand il y a, même pour des sujets graves, un lien avec des références aux oeuvres culturelles, petites ou grandes.

Pour ceux (en majorité) et celles (en minorité je l’espère) qui ne le savent pas, le mois de janvier est synonyme depuis 2017 à Washington (et dans d’autres villes et pays d’ailleurs) de la Women March. La première édition fut une réaction spontanée à l’élection de Donald Trump et rassembla plusieurs centaines de milliers de participant(e)s dans la capitale mais également dans de nombreuses villes. Je passe sur la polémique entre les différentes « dirigeantes » du mouvement et sur la dissolution du groupe pour éviter toute récupération politique. Toujours est-il qu’il reste aujourd’hui une Women’s March depuis cette date et que même si elle est beaucoup moins suivie (car moins spontanée ?), elle a encore eu lieu cette année.

Ce qui nous amène (oui je sais j’en vois qui se demandait où je voulais en venir avec ma manif’ là) à une petite mais plus que sympathique démarche de la part de Greenlight Creative qui a demandé à quelques graphistes de créer un certain nombre d’affiches à imprimer et à coller sur des pancartes (ça y est, vous avez compris le titre de cet article ?) pour défiler le 18 janvier et faire entendre sa voix. Elles étaient en téléchargement gratuit et en plusieurs tailles, et personnellement, il y en a 1 ou 2 qui vont terminées sur un mur ! Et hop, le lien avec les murs est fait, on peut envoyer les images 🙂

Pour ma part, ce sera une petite sortie A3 du détournement de l’affiche de Full Métal Jacket et de celle version Handmaid’s Tale. Je trouve dommage que les affiches aient été retirées seulement une semaine après l’annonce de la mise à disposition.

Facebooktwitterpinterest

Celui qui accrochait des trucs sur les murs…

Puisque désormais tout le monde est au courant que The Mandalorian est la meilleure série Star Wars dans cette partie de l’univers, si on causait sérieusement non pas de la série mais de ce qui tourne autour, et notamment d’une de mes nombreuses obsessions, accrocher des trucs sur les murs, la plupart du temps sous forme de posters et autres affiches en tout genre. (J’accroche aussi des tableaux de figurines Lego, mais ça c’est une autre histoire !)

Pour un début en douceur, une petite plongée du côté du collectif Poster Posse, en mission officielle Disney+, pour faire un peu plus de buzz autour de la série (comme s’il en fallait !) On a convoqué ici quelques unes des pointures du collectif mais également des petits nouveaux pour une série d’affiches plus cools les unes que les autres. Je vous laisse juge dans la petit galerie ci-dessous de la qualité des productions du P.P.

Pour continuer, un passage chez Doaly, dont j’aime bien le style, qui poste depuis maintenant 4 semaines un poster en rapport avec l’épisode du Mandalorian, qui reprend les codes et surtout intègre les éléments importants de l’épisode. (D’ailleurs, petit rappel, les bandes originales sont postées de la même manière, une par semaine et franchement c’est plutôt cool de l’écouter après avoir regardé l’épisode).

Pour la route, encore quelques interprétations glanées au hasard des rebonds de comptes en comptes sur les différents réseaux sociaux, qui me parlent soit par leurs styles, soit par leurs facultés à reprendre les codes de la série…

Enfin, et c’est peut-être celui qui me plait le plus, voilà une interprétation de Sam Gilbey qui illustre totalement l’impression western des premiers épisodes et qui bien sûr parlera aux plus vieux… euh expérimentés d’entre nous. La filiation est tellement évidente en plus, et graphiquement, là on ne peut pas faire mieux dans la démarche artistique :

The Good the Bad and the … Mandalorian Sam Gilbey

Mais dis donc toi, au passage, tu aurais pas l’impression d’avoir oublié un truc… tu vois pas… 90 cm, vert, grandes oreilles, 50 ans… mais si, tu sais la chose la plus mignonne de l’univers, qui défonce même la plus ‘cute’ des licornes et autres chats poilus qui font des bisous à un chien. Non ? tu vois pas ? allez, un indice juste là.

Concept art pour Kid Green partagé par Jon Favreau

Jon Favreau est d’ailleurs revenu il y a 15 jours sur l’absence au rayon peluche (comprendre ici merchandising autour de lui) de ce qui émeut la planète geek depuis la fin de l’épisode 1 : bébé Yoda (ou le bien nommé Kid Green chez nos amis d’outre-atlantique, car pour l’instant on en sait pas plus sur qui il est, ou plutôt ce qu’il est). On sait maintenant qu’il a insisté pour qu’il y ait un black-out total autour de lui et de son apparition en fin de l’épisode 1. Niveau poster, affiche, je n’ai pas réellement trouvé de choses impressionantes sur bébé Yoda, souvent associé au Mandalorian plutôt que tout seul. Par contre, mais ce n’est pas le lieu ni le sujet, la bestiole explose les compteurs à coups de GIF et autres captures d’écran après chaque épisode. L’épisode 4 nous donne un nouveau GIF pour passer en mode #popcorn et on atteint le summum avec le détournement de la scène d’introduction de ce même épisode où certains rivalisent d’inventivité pour utiliser ces 40 secondes déjà assez drôles sans les rajouts des internautes. Je vous renvoie sur cette page chez NERDIST, un site qu’il est bien au passage, pour vous faire un petite idée de l’étendue des dégâts provoqués par Kid Green !

Et pour terminer, j’ai menti juste ci-dessus, enfin un peu à propos de trucs à accrocher au mur en rapport avec Kid Green : Skottie Young a gribouillé ces 2 petits dessins qui me font bien rire et que j’aimerais bien voir sous verre un jour (chez moi de préférence).

Sur ce, je retourne regarder des mêmes de Kid Green dans le Razor Crest et rechercher sur Internet le poster ultime du Mandalorian pour mettre sur un mur.

Facebooktwitterpinterest